Image-empty-state.png

Georges Henri Rivière, "Du berceau à la tombe", vitrine de la galerie culturelle du Musée national des arts et traditions populaires, 1975, Marseille, MuCEM. Photo : Aurélien Mole.

Sophie Marino

Vers une renaissance de la muséographie de Georges Henri Rivière

Mercredi 17 avril 2019

Inventeur de la muséologie et de la muséographie moderne, GHR a su créer un discours et une forme inspirés par ses souvenirs d'enfance, les artistes du 20e siècle et l'ethnographie. Son musée, le Musée national des arts et traditions populaires, a fermé ses portes et avec lui, ses inventions ont été enfermées dans les réserves de son héritier, le Mucem. Pourtant, les vitrines créées par Rivière se retrouvent désormais exposées parmi les artistes contemporains. Comment expliquer ce soudain engouement pour une muséographie pensée dès les années 30 ?

Sophie Marino enseigne la sociologie de l’art aux Beaux-arts de Paris. Ses recherches portent sur les processus de recomposition et de transmission des connaissances. Ses domaines de réflexion interrogent l’énonciation muséale et le récit d’exposition, en particulier comme dispositif de production fictionnelle.

APPEL-ENJALBERT-HOLLEIN.jpg