Image-empty-state.png

Vue d'une salle du musée de Tervuren dans l’ancien Palais des Colonies

Sammy Baloji et JC Lanquetin

Du rôle de la scénographie dans le travail de Sammy Baloji. Le cas de Tervuren.

Mercredi 18 novembre 2020

Sammy Baloji revient sur un certain nombre de travaux développés à l’issue d’une collaboration de longue haleine avec le scénographe Jean-Christophe Lanquetin. Son travail s’organise comme une recherche, à travers la mémoire de la République du Congo, sur les effets et les permanences de l’histoire coloniale notamment dans la région du Katanga autour de l’agglomération de Lubumbashi. Plusieurs des projets développés dans ce contexte s’appuient sur les archives de la région, des planches du musée d’entomologie aux plans d’urbanismes étudiés en collaboration avec différents scientifiques, anthropologues, historiens… Oeuvres, artefacts et documents sont donc amenés à cohabiter dans l’espace d’exposition grâce à différents dispositifs ad hoc.

La deuxième partie de la présentation est consacrée à l’histoire du musée de Tervuren. Initié à l’occasion de l’exposition universelle de Bruxelles en 1897, ce musée à la gloire de Leopold II et de la colonisation belge au Congo a connu plusieurs transformations, depuis sa première installation dans un décor art nouveau à la construction pérenne d’un bâtiment néo-classique inauguré en 1910. Depuis 1950 l’exposition permanente du musée n’avait jamais été revue mais, entre 2013 et 2018, le musée a été fermé pour une refonte complète de sa muséographie et de ses contenus, donnant lieu à de nombreux débats sur le sens et la fonction d’un musée ancré dans l’histoire coloniale. Sammy Baloji s’est intéressé en particulier à la reprise, dans le décor du musée, de motifs empruntés à des tissus Kongo. Il en a lui-même tiré une série de pièces qui seront présentées aux Beaux-Arts en 2021 dans le cadre d’une exposition organisée en partenariat avec le Festival d’automne et la Saison Africa 2020.

Sammy Baloji est né en 1978 à Lubumbashi (RD Congo), il vit et travaille entre Lubumbashi et Bruxelles. Il est diplômé en Sciences de l’information et de la communication de l’Université de Lubumbashi ainsi que de la Haute École des Arts du Rhin. Il mène depuis septembre 2019 un doctorat de recherche en art à Sint Lucas Antwerpen intitulé « Contemporary Kasala and Lukasa: towards a Reconfiguration of Identity and Geopolitics ». Il était pensionnaire de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis en 2019-2020.
Depuis une dizaine d’années, de nombreuses expositions monographiques ont été consacrées à son travail : Lund Konsthall et Aarhus Kunsthal (2020), Le Point du Jour, Cherbourg (2019), Framer Framed, Amsterdam (2018), Museumcultuur Strombeek (2018), The Power Plant, Toronto et WIELS, Bruxelles (2016-2017)... Il a participé récemment à plusieurs grands événements internationaux : Biennale de Sydney (2020), Documenta 14 (Cassel/Athènes, 2017), Biennale de Lyon (2015), Biennale de Venise (2015)...

Jc Lanquetin est artiste, scénographe et enseignant à la Haute Ecole des Arts du Rhin / Strasbourg, co-fondateur avec François Duconseille du collectif ScU2 porteur des résidences de Scénos Urbaines [www.urbanscenos.org]. Scénographe, il travaille régulièrement aux cotés de chorégraphes et d’artistes venus du continent africain [Boyzie Cekwana, Faustin Linyekula, Andreya Ouamba, Sello Pesa, Fatou Cisse, Opiyo Okach, Steven Cohen, Sammy Baloji, Nastio Mosquito, Unathi Sigenu…], et avec les metteurs en scène Catherine Boskowitz, Leyla Rabih, Dieudonné Niangouna, Guy Régis Jr… Ses projets personnels, qu’ils soient collaboratifs ou solo, [mixant installations vidéo, photographies, dessins, textes], déconstruisent les notion de scène, de [re]présentation, de spectateur, via des projets articulés contextuellement, des dispositifs de recherche artistique dans l’espace urbain, et ce dans divers lieux de par le monde. Il développe actuellement avec Catherine Boskowitz le projet, ‘Fictions ordinaires’, en lien avec les habitants d’un quartier de Medellin [Colombie], recontextualisé dans la Caraïbe [Port au Prince et Fort de France] et en France [Strasbourg…]. Ses textes et photos sont publiés notamment par la revue Chimurenga [Capetown – South Africa]. Il est porteur du programme de recherche Play>Urban, à la HEAR / Strasbourg [www.playurban.org].

APPEL-ENJALBERT-HOLLEIN.jpg